Valérie aux commandes du Robin avec ses passagers

 

Profitez de l’été et des vacances pour prendre de la hauteur et survoler le Périgord avec l‘aéroclub de Périgueux-Bassillac.

Venez découvrir les plus beaux sites touristiques situés aux environs de Périgueux. Les pilotes vous attendent sur l’aérodrome de Périgueux-Bassillac pour un vol à destination par exemple: de l’abbaye de Brantôme, du château d’Hautefort ou de la vallée de la Vézère avec le nouveau bâtiment  de Lascaux .

 

 

Zoom sur la cathédrale Saint-Front de Périgueux

 

Vous pouvez également découvrir la vieille ville de Périgueux implantée autour de la cathédrale Saint Front et le quartier romain avec sa légendaire tour de Vésone.

N’hésitez pas à vous renseigner, d’autres destinations sont possibles comme votre village ou votre lieu de villégiature.

 

 

 

Hautefort

 

 

Exemple de tarif: la découverte de Périgueux avec 3 passagers: 66€00 ou le vol de 30 minutes à destination de Brantôme ou Hautefort toujours avec 3 passagers: 99€00.

 

 

 

Le Cessna 172 en vol

 

 

N’hésitez pas nous contacter au 06 80 93 57 84 (JC TRUFFY)  pour tout renseignement et réservation.

 

Publicités

Venez en ce samedi 13 octobre à l’aéroclub de Périgueux-Bassillac, découvrir les métiers de l’aéronautique dans le cadre de l’opération « L’aéronautique; pourquoi pas MOI » avec la présence de l‘armée de l’air.

Divers stands seront proposés aux jeunes collégiens et lycéens, des vols de découverte à bord des avions de l’aeroclub seront à gagner dans le cadre d’un jeu concours.

Je vous prie de trouver ci-joint l’affiche APPM-18-affiche de cette opération, ainsi que le règlement de cette dernière APPM-18-règlement.

 

 

Une occasion pour le public du Vintage Days de Périgueux qui est venu nombreux, de découvrir l’aérodrome de Périgueux-Bassillac et toutes les activités aéronautiques présentes sur cette plateforme. A commencer: par les avions de collection, Boeing Stearman, North Américan T6, Piper J3, Swift, qui ont fait de belles démonstrations en vol, puis certains sont venus jusqu’à l’aéroclub pour profiter d’une belle balade dans les airs autour de Périgueux, à bord d’un DR400 ou du Cessna 172, sans oublier les planeurs du vol à voile qui par cette belle après-midi enchaînaient les rotations.

Une vraie réussite pour cette première à Bassillac, avec en prime la venue des hydravions de Biscarosse.

Boeing Stearman

 

 

 

 

 

 

 

Swift

 

 

 

 

 

Piper J3

 

 

 

 

 

 

 

Une boucle en Stearman

 

 

 

 

 

 

North américan T6

 

 

 

 

 

 

Piper J3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Public

hydravion de biscarosse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La préparation de l’avion à Périgueux

Voyage vers les îles du Ponant

Périgueux -> Belle-île -> Ouessant

Raconté par Maxime L

L’été est toujours le moment idéal pour voyager en avion. La météo est souvent de la partie et les terrains du bord de mer ne désemplissent pas. Ayant dans la tête le projet de réaliser une grande navigation depuis longtemps, Tanguy et moi décidons de passer à l’action. Très vite, nous privilégions les côtes bretonnes et Belle-île/Ouessant semblent les destinations idéales pour ce périple.

Après plusieurs semaines de préparation, nous décollons de Périgueux vers 08h30 le samedi 18 août pour atteindre Belle-île en milieu de matinée. Je serai commandant de bord pour ce vol et nous montons à 6500 pieds dans un air calme et peu de trafic sur notre route. A cette altitude nous apercevons les grands repères du parcours de loin et Tanguy photographie de splendides panoramas.

Vers 10h30, atterrissage à Belle-île. L’accueil des usagers de l’aéroclub et du personnel du terrain est très chaleureux et 2 vélos loués à l’avance nous attendent sur le parking. Après un rapide passage par Bangor, nous mangeons sur les quais à « Le Palais » pour finir par le Port Coton et ses falaises majestueuses en début d’après-midi. Après avoir pris les derniers messages météo de Brest et Lorient, nous décidons de partir pour Ouessant vers 16h30. Direction Quiberon pour le premier point tournant puis nous survolons l’île de Groix en finissant par la pointe du Raz. Le transit maritime vers Ouessant est alors entamé et nous redoutons l’arrivée sur l’île connaissant les caprices de la météo bretonne. Nous sommes alors très surpris d’avoir l’île en visuel depuis nos 4500 pieds dégagée de nuages et semblant attendre notre arrivée. La plateforme, grâce à son bitume de couleur blanche due au sel marin, est visible de loin. L’approche au-dessus des vagues est spectaculaire et nous nous posons sans encombre très fiers d’avoir atteint notre destination finale.

Nous serons seuls sur le parking du terrain où nous attachons solidement le C172 avant de monter sur nos vélos qui, là encore, nous attendent au pied de la tour. Nous roulons jusqu’à « Chez Jacky » hôtel dans lequel nous passerons la nuit. La soirée est studieuse : briefing pour le vol du lendemain, vérification des derniers NOTAMS et de la météo qui s’annonce idéale.

Le dimanche, surprise au réveil : des entrées maritimes ont bouché le ciel ouessantin et Brest prévoit un plafond ne dépassant pas les 600 pieds pour le reste de la journée. Nous sommes confiants pour un dégagement dans l’après-midi et nous entamons notre tour de l’île. Les paysages côtiers sont toujours splendides et nous apprécions particulièrement le phare du Creac’h et la pointe de Cadoran. Nous entrevoyons quelques éclaircies et nous nous rendons plusieurs fois à l’aérodrome mais les nuages ne nous permettront jamais de décoller, même dans la soirée. Nous faisons alors marcher l’assurance FFA pour la nuit d’hôtel en espérant repartir le lendemain, en sécurité.

Ouessant -> Vannes -> Périgueux

Raconté par Tanguy G

Notre désillusion est grande devant le brouillard dense qui recouvre l’île le lundi matin. Nous attendrons toute la matinée dans l’aérogare de la finistair en compagnie de l’agent AFIS (aussi jardinier, pompier, agent de piste …) qui nous tiendra gentiment compagnie jusqu’au départ. Puis, d’un coup, en 10min, le brouillard se dissipe et laisse place à des éclaircies et de franches trouées dans le ciel. C’est le moment de partir et de quitter cette magnifique île bretonne. Je m’installe aux commandes et après 5 min de chauffe, nous voilà en l’air. Nous passons au-dessus de quelques petits nuages et nous nous retrouvons au-dessus de la couche au niveau 75 avec une super visibilité, alors que, comme nous le signale la contrôleuse, les conditions météo à Brest sont minables. Nous avions prévu au départ de faire le plein à Lannion, ce qui va s’avérer totalement impossible car nous ne pouvons pas passer en dessous de la couche. Ce n’est pas grave, les réservoirs sont encore bien remplis donc nous partons en direction de Vannes. En approchant de ce terrain, nous avons de la chance, nous pouvons passer en dessous de la couche et nous poser sans problème.

Nous sommes très bien accueillis sur ce terrain, où nous mangeons rapidement avant de redécoller pour Périgueux. On trouve de nouveau une trouée pour passer au-dessus de la couche et nous revoilà en route pour Périgueux. Nous contactons la fréquence d’approche de Nantes pour transiter dans leurs espaces et au niveau de la ville de Nantes, le contrôleur nous informe que les zones militaires de Cognac sont actives et que nous allons devoir les contourner. Avec l’aide du contrôleur, nous faisons donc un direct sur Poitiers avant de transiter dans un couloir aérien vers Cognac puis nous reprenons enfin notre route sur Périgueux. Et 2h45 après avoir décollé de Vannes, les roues de notre Cessna foulent enfin le tarmac de Périgueux et nous avons des souvenirs plein les yeux.

Cette navigation nous a appris beaucoup de choses, à la fois sur la préparation d’un très long vol mais aussi sur la prise de décision, qui est très importante en aéronautique.

Les Sables d’olonne

 

 

 

 

 

Ile de Noirmoutiers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Finale à Belle Ile

 

 

 

 

 

 

La balle à belle ile

 

 

 

 

 

Les pointes rocheuses à Port Coton

 

 

 

 

 

 

Ile de Groix

 

 

 

 

 

Pointe du Raz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pointe de Cadoran sur Ouessant

 

 

 

 

 

Ouessant

 

 

 

 

 

 

L’équipage Maxime et Tanguy

 

 

 

 

 

Le retour au niveau 75 au dessus de la couche

 

 

 

 

 

 

Toujours au dessus des nuages

 

 

 

 

 

 

Les nuages se morcellent à l’approche de Périgueux

 

 

 

 

 

 

De retour à Périgueux

S’il a fait orage durant les nuits des 9 et 10 juin, c’est avec des conditions météorologiques favorables que se sont déroulées les journées portes ouvertes de l’aéroclub de Périgueux-Bassillac. Exposition des avions de collection présents sur l’aérodrome, présentation de la nouvelle classe A de Mercedes, qui était notre partenaire du week-end. Les périgourdins avaient répondu présent et ont pu profiter des vols de découverte qui étaient organisés par l’aéroclub. De plus cette année, le public et même notre instructeur, a pu tester le simulateur de vol du comité régional aéronautique de la nouvelle Aquitaine. Sans oublier, comme à l’accoutumé, et pour le plaisir des pilotes en herbe, nos avions à pédales qui ont sillonné le tarmac dans tous les sens.

Voici quelques photos de ce week-end.

La mise-en-place-des-avions-de-collection

 

 

 

 

 

Le formateur BIA en plein recrutement

 

 

 

 

 

 

 

Je suis tout petit à coté de ses avions

 

 

 

 

 

 

La gestion-du-planning-un vrai-casse tête

 

 

 

 

 

 

 

Ecoutez-bien-les consignes de notre stewart Jacques Lire la Suite…

Il arrive parfois (pour ne pas dire souvent) que la plaine Bassillac soit noyée dans une couche de brouillard, retardant ainsi les activités aériennes du matin; en l’occurrence les vols de découverte prévus avec le COS du Conseil Départemental. L’attente, que cette couche nuageuse se dissipe, n’en est que meilleure, pour les passagers du premier vol qui ont eu le plaisir slalomer entre les nuages qui s’élèvent.

Ainsi, tous les participants ont pu, à bord des avions de l’aéroclub de Périgueux-Bassillac, découvrir Périgueux, Brantôme, le château de Hautefort ou leur village, au choix des circuits qu’ils avaient choisi. Ces quelques photos témoignent du plaisir que chacun avait, pour le vol, même si certains étaient surpris qu’une femme pilote soit aux commandes du Robin. Et oui! cette activité est ouverte aux femmes, elles sont malheureusement trop peu nombreuses, en espérant que cette journée donne envie aux participantes de débuter une formation de pilote. 

La plaine de Bassillac en arrière plan noyée sous le brouillard

 

 

 

 

 

Les passagers et passagère du cessna 172

Les passagers et passagère du cessna 172

 

 

 

 

 

Embarquement à bord du Robin

 

 

 

 

 

Valérie aux commandes du Robin avec ses passagers

Une journée « découverte de l’aéronautique » pour les élèves du collège Anne Frank de Périgueux. Les membres Centre Pédagogique Aéronautique et de l’aéroclub de Périgueux-Bassillac, ainsi que le personnel de la tour de contrôle de l’aéroport s’étaient mobilisés en ce vendredi 1er juin pour accueillir ces élèves de 6ème.

Les conditions météorologiques étant favorables, le groupe de l’après-midi a profité de la matinée pour venir depuis le collège à vélo. Mais les élèves qui ont participé aux activités sur la matinée: Quizz, visite de la tour de contrôle, des avions de collection, mais le plus important, la découverte de la ville de Périgueux à bord des avions de l’aéroclub, ont du faire le chemin inverse pour ramener les vélos au collège.

Une journée bien remplie pour tout ce petit monde, avec plein de souvenirs à raconter et de « selfies » à faire voir aux parents.

L’arrivée à vélos pour le groupe de l’après-midi

 

 

 

 

 

Le Quizz avec lecture des panneaux sur l’aérodynamique, la mécanique de vol…

 

 

 

 

 

 

Embarquement à bord du Robin DR400 de l’aéroclub

 

 

 

 

 

 

La visite de la tour de contrôle

 

 

 

 

 

 

La maquette en bois pour expliquer le fonctionnement des commandes de vol

 

 

 

 

 

 

Les avions de collection

 

L’île d’Yeu était normalement la sortie projetée pour les pilotes de l’aéroclub de Périgueux-Bassillac, mais les conditions météorologiques en ont décidé autrement: nuages bas le matin, orages en prévision pour l’après-midi. Ainsi, il a été décidé qu’un voyage vers une destination moins éloignée était plus sage. Royan et l’ile d’Oléron ont été choisis. Effectivement les nuages bas situés du coté de la Charente ont obligé les pilotes à choisir le vol « ON TOP » avec interrogation des services de la navigation aérienne pour avoir la dernière météo sur Royan et La Rochelle afin de s’assurer de pourvoir revenir sous la couche nuageuse pour atterrir.

Pour nous en DR400, ce fût une bonne expérience, notamment pour mon pilote du matin; un vol agréable le matin au dessus des nuages et une arrivée sur l’île d’Oléron dégagée avec de belles photos à partager. Le retour depuis Royan, après la pause déjeuner, comme annoncé à la météo, un cumulonimbus couvrait le secteur d’Angoulême et des grains arrosaient notre DR400 qui cheminait d’aérodrome en aérodrome au cas où il faille interrompre le vol pour raison météo. Ainsi, Jonzac, Chalais, Ribérac, défilaient sous nos ailes, une occasion ainsi pour les pilotes de bien identifier ces plate forme aéronautique.

Voici quelques photos du voyage du matin:

La préparation de la navigation vers Oléron et Royan

 

 

 

 

 

 

option-au-dessus-de-la-couche

 

 

 

 

 

 

on poursuit-au-dessus-de-la-couche

 

 

 

 

 

 

Royan en vue

 

 

 

 

 

Le port de Royan

 

 

 

 

 

Le marché couvert de Royan

 

 

 

 

 

 

Direction Oléron

 

 

 

 

 

Le village de saint Trojan sur la pointe sud de l’ile d’oléron

 

 

 

 

 

 

Direction le phare de Chassiron

 

 

 

 

 

 

Le phare de Chassiron

 

 

 

 

 

 

 

Retour-par la-cote-nord de l’ile d’oléron

 

 

 

 

 

Fort Boyard

 

 

 

 

 

 

Le chenal-entre-oléron et la cote

 

 

 

 

 

L’embouchure-de-la Seudre

 

 

 

 

 

 

La pause déjeuner à Royan

 

 

En ce samedi 26 mai, c’était « Vol de découverte » pour les membres de l’association « Tribu cancer nouvelle aquitaine » avec l’aeroclub de Périgueux-Bassillac. Malgré des conditions météorologiques capricieuses et un vent assez soutenu, les pilotes ont fait découvrir la ville de Périgueux vu du ciel à presque tous les participants.

Un moment d’évasion et des sensations inoubliables que certains ont partagé avec la presse qui les attendait à la descente des avions. Comme repris par le journal la Dordogne Libre « Une bouffée d’air frais pour larguer le cancer« : 2018-05-28-Article-DL-Tribu-Cancer

A la descente de l’avion

 

 

 

 

Le départ pour le survol de Périgueux

 

 

 

 

 

 

La photo de groupe

Un Bréguet XIV fait escale pour ravitaillement à Périgueux.  Le Breguet XIV était un biplan français utilisé pendant la Première Guerre mondiale comme avion de reconnaissance ou bombardier : il était sans doute le meilleur bombardier moyen du conflit, en étant notamment l’appareil biplace le plus rapide. Il reste célèbre surtout pour avoir participé à l’épopée de l’Aéropostale aux mains de pilotes comme Mermoz, Daurat, Saint Exupéry et Guillaumet.

On a bien pensé le garder à Périgueux, car il avait toute sa place parmi les avions de collection déjà présent sur notre aéroport, mais l’assentiment du pilote n’a pas été obtenu. Il nous reste quelques photos pour en profiter de cet avion de légende.

Bréguet 14

 

 

 

 

 

Bréguet 14

 

 

 

 

 

Bréguet 14

 

 

 

 

 

Bréguet 14

Older Posts »

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :